Certains de mes très chers lecteurs ont apprécié l’article sur les œufs de Pâques de Saphyra. C’est vrai qu’il peut-être amusant de découvrir certaines anecdotes et autres clins d’oeil soigneusement camouflés parmi les lignes. C’est maintenant au tour de mon recueil ‘Nouvelles de la surface’ de passer à la loupe pour une chasse aux œufs:

• Dans la nouvelle ‘Diabolo grenadine’, l’action se déroule dans une ville fictive du sud de la Biélorussie, le nom de la ville -Absidyjan- signifie obsidienne en biélorusse. Dans la culture populaire, cette roche volcanique possède quelques vertus que nous pourrions qualifier de ‘mystiques’, ce qui colle parfaitement avec l’ambiance que j’ai voulu insuffler à cette histoire.

• Dans ‘Histoire d’outre-tombe’, Espoir aborde un certain Professeur Claypool. Comment m’est venu ce nom ? Parfois, il ne faut pas chercher très loin. J’écoutais le groupe Primus au moment où j’entamais l’écriture de ce récit. Il est peu probable que vous connaissiez, ce groupe produit de la musique plutôt atypique et il n’est pas populaire en France. Bref, le chanteur et bassiste de Primus se prénomme Les Claypool. Et non, je ne me suis pas fatigué !

• J’ai plusieurs choses à dire concernant ‘Le secret de la goutte d’eau’. Je reste tout d’abord sur le même thème des prénoms: Dans cette histoire, le personnage central est d’origine maghrébine. Avant de démarrer l’écriture du texte, j’ai fouillé le web à la recherche d’un nom arabe moins répandu. J’ai alors découvert que les noms arabes avaient chacun un sens (comme tous les noms de n’importe quelle culture en réalité, mais nous -occidentaux- n’avons pas le réflexe d’y prêter attention). Après une telle révélation, plutôt que de juger les noms à leur consonance, je me suis concentré sur leur signification et là, bingo ! J’ai trouvé le nom parfait: ‘Wahid’. Ce prénom signifie ‘l’unique’, sachant que ce personnage acquiert le don d’ubiquité (la capacité d’être à plusieurs endroits en même temps, dans le cas de cette histoire, il ne ‘se contente que’ de se dédoubler), cela ne pouvait que me plaire, d’autant plus que je trouvais qu’il sonnait bien.

Toujours à propos de cette nouvelle, l’idée du scénario n’est que semi-originale. J’ai été inspiré par la BD de Lucky Luke ‘Le cavalier blanc’ ainsi que le film ‘Le prestige’. Je ne vous raconte pas ces deux histoires si vous ne les connaissez pas, je n’aimerais pas révéler certaines ficelles ici à ceux qui ne l’ont pas encore lu.

• Je parlerai aussi d’inspiration calquée sur quelque chose de déjà existant à propos de ‘Pour le meilleur et pour le pire’. Il s’agit ici d’un épisode de la série ‘Les contes de la crypte’ (issu du comic éponyme) que j’avais trouvé vraiment rigolo de par l’ironie de son dénouement. Nul besoin de vous en parler davantage, ceux qui ne l’ont pas encore lu devineront que cette nouvelle cache quelque chose de sordide. Néanmoins, c’est sans doute une de mes préférées et celle qui m’a posé le moins de problème à composer. Ah oui, et je précise que bien entendu, lorsque je parle d’inspiration, mes textes sont très loin des originaux, je ne fais que reprendre l’idée de base, tout est aménagé à ma sauce avec de nombreux éléments en plus (ou en moins). Notamment la fin en rapport avec Saphyra, en ‘freestyle’ total.

• Passons maintenant à la nouvelle ‘Le papier stupéfiant’. Un personnage secondaire (voire même tertiaire) se prénomme Hector. C’est un clin d’œil à la série ‘Breaking Bad’ : L’un des vieux briscards d’un cartel de drogue mexicanos s’appelle ‘Hector Salamanca’.

• Nous allons terminer avec ‘Camisole pour un ange’. Une nouvelle assez particulière car c’est la seule du recueil qui met en scène une personne de mon entourage, une personne bien réelle. Quand je dis ‘mettre en scène’, ce n’est pas tout à fait vrai car dans ce récit, les personnages parlent de lui mais ce dernier n’apparaît pas. Les wavrinois (les habitants de la petite ville dans laquelle je vis) reconnaîtront très certainement qui se cache derrière les traits imaginaires (?) de ce bien étrange Humphrey. Il faut dire que je l’aime bien ce Humphrey, il est tellement en décalage avec ce qui l’entoure qu’il me plait beaucoup, d’une certaine manière, je l’envie.

Une nouvelle sous le signe du ‘On se fait plaisir !’ (parce que c’est vrai que pour les autres, je ne me suis jamais amusé hein ! :-D) Alors quitte à se faire plaisir, j’y ai intégré une belle dédicace en 4 temps, ou plutôt en 4 noms: Les noms de l’élève ‘Pierce Wilson’ ainsi que les deux professeurs examinateurs de la soutenance de ce premier ‘Pr Sherman et Pr Lynch’ sont des références directes à 3 joueurs stars des Seahawks de Seattle (une équipe de football américain que je suis assidûment) : Russell Wilson, Richard Sherman et Marshawn Lynch. Même Miss Seagal est dans le coup: les Seagals sont le nom de l’équipe de cheerleaders (pom pom girls) des Seahawks. Cela me fait penser que la saison de NFL reprend la nuit suivante, woohoo, comme dirait Homer Simpson ! 😀

Que pensez-vous de ces œufs de Pâques ? Vous aviez trouvé l’un d’eux lors de votre lecture ? Ou plusieurs ?