Ah la musique ! Une source d’inspiration pour bien des gens, dans bien des domaines. Cet art est pour moi le plus efficace: Celui qui parvient le mieux à imposer une ambiance, une atmosphère. Prenons un lieu lambda et diffusons-y une musique jazzy, optons ensuite pour une musique de style rap (oui, pour l’exemple nous faisons l’effort de considérer le rap comme un style de musique à part entière 🙂 ). Nous obtenons deux lieux totalement différents, pourtant physiquement rien n’a changé. C’est la magie de la musique.

Je ne suis bien entendu pas le premier écrivain à m’en inspirer (et à en abuser), j’avais tout de même envie d’écrire un article à ce sujet. La musique est un élément incontournable à mon inspiration, elle est même indispensable, n’ayons pas peur des mots. Elle est à  la fois un compagnon et un outil.

Un compagnon car l’écriture est une des aventures les plus solitaires qu’il existe. La musique a ce rôle d’ami invisible, celui qui m’accompagne fidèlement partout, même au plus profond de mon imaginaire. Celui qui me remet parfois sur la voie lorsque je m’égare. Celui qui me relance lorsque je suis dans un moment de blocage et que je perds le fil. Il est un soutien moral inestimable.

Un outil car il guide mon écriture dans son sens, dans sa logique. Il est le garde-fou de l’ambiance que je souhaite retranscrire au sein de mes textes. Il est plus simplement une source d’inspiration difficilement descriptible et illimitée.

Ce n’est pas un hasard si Axel (le personnage principal de Saphyra) est professeur de guitare. C’est ma façon de rendre honneur à cet art qui m’a apporté (et qui m’apportera encore) énormément. Pour l’anecdote: Si j’ai préféré une photo de batterie plutôt que de guitare pour l’illustration, c’est parce que j’ai été batteur.

Tant que j’y suis, je vous raconte – à la volée – plusieurs autres anecdotes, à propos de Saphyra:

Le chapitre 27 inclut un double clin d’oeil à un illustre personnage de la scène rock’n’roll / heavy metal: Le chapitre est intitulé ‘N’oublie pas le Joker !’, il fait référence aux paroles du légendaire ‘Ace Of Spades’ du groupe Motörhead. Dans ce chapitre, un dénommé ‘7lemmy7’ intervient, ce pseudonyme est un clin d’oeil au leader de ce même groupe: Lemmy Kilmister. J’ai écrit ce chapitre deux jours après sa mort, j’ai eu envie de lui rendre hommage à ma façon.

Dans l’ultime chapitre, le morceau ‘World on Fire’ de Slash est mentionné. Slash que je salue dans ma page de remerciements: Je trouvais cela amusant d’adresser des remerciements à quelqu’un ignorant totalement mon existence et qui plus est mon roman: Il est fort à parier (à 99,99999999%) qu’il ne sache pas qu’il a fortement contribué à son écriture.

J’ai intégralement écrit ce roman avec le casque audio scotché sur la tête. J’ignore encore pourquoi mais pour la composition des six premiers chapitres, j’avais déterré l’album ‘Untouchables’ de Korn (un groupe dont je ne suis pourtant pas hyper fan, mais niveau ambiance ce groupe est très fort), je l’ai écouté en boucle. Puis j’ai découvert les albums solos (enfin, presque solo) de Slash et je suis tombé amoureux. Je n’ai littéralement écouté que ses deux albums ‘World on Fire’ et ‘Apocalyptic Love’ à partir du 7ème chapitre jusqu’à la fin, en boucle ici aussi. Pour pousser l’anecdote encore plus loin: Je n’ai écrit le chapitre 11 ‘La loi du plus fort’ qu’avec un unique morceau, ‘Not For Me’ toujours de Slash.

J’ai emprunté le pseudonyme ‘Eddy Joncteur’ (dont je suis fan) à un ami, lui aussi passionné de musique. Je m’en suis servi pour un de mes personnages.

Il y a certainement d’autres détails que je pourrais ajouter ici mais le but n’est pas de rendre cette liste exhaustive. Si vous êtes curieux, vous allez chercher à écouter les quelques titres/groupes que j’ai mentionné dans cet article, ce serait une bonne chose. Vous n’aimerez pas forcément, cela reste très rock’n’roll / hard rock voir métal. D’ailleurs au moment où j’achève l’écriture de ce texte, c’est un bon vieux ‘Seek and Destroy’ de Metallica qui résonne dans mes oreilles.