La version finale de mon futur recueil de nouvelles est quasiment prêt. Il ne me reste plus que la couverture à travailler avant de commander une première série d’exemplaires au format papier. Je pense la terminer aujourd’hui ou demain. Alors très curieusement, il serait logique de penser qu’une certaine euphorie me gagnerait à la veille de la concrétisation de ce projet. Eh bien non, ce n’est pas le cas ! Je ne parviens pas à m’expliquer pourquoi. Même si je n’ai connu cette expérience qu’une seule fois auparavant pour mon roman Saphyra, j’ai le sentiment que c’est devenu un aspect banal de ma jeune vie d’écrivain. Curieux !

Alors avant d’aller plus loin, je tiens à remercier mes chers lecteurs et curieux qui ont donné leur avis à propos des 4 images de couverture potentielles. Que ce soit ici ou sur Facebook, j’ai été agréablement surpris par cet engouement. Alors certes, j’espérais des réponses développées mais c’est de ma responsabilité, j’aurais dû le préciser. Et puis rien que le fait d’avoir reçu vos réponses me comble amplement. Encore merci ! Une majorité de vos choix portait sur la première image, la A. Ensuite la D, presque kif-kif avec la B. Quant à la C, elle n’a simplement jamais été plébiscitée.

Je n’avais émis aucun commentaire en vous proposant les images pour ne pas vous influencer. J’avais déjà mon image chouchoute en tête mais j’étais totalement prêt à changer de plan si un argument me convainquait… Ce qui ne s’est pas produit. J’ai longuement hésité entre la A et la D. La A est plus belle que la D, mais je n’aimais pas l’esprit trop scientifique qui s’en dégageait. J’ai donc opté pour la D. Le fond gris rappelle la couverture de Saphyra. Etant donné que les deux livres sont liés, je trouve ce détail important. Et puis l’idée de la main tenant la loupe sans que nous puissions voir l’identité du personnage me séduit beaucoup. Je n’aurai pas à retravailler l’image, elle me plait telle qu’elle. Même la présence de la Lune me convient.

Il me reste également à rédiger cette fameuse quatrième de couverture. Je sens que l’exercice sera facile, pour une fois que quelque chose est simple à rédiger, j’en profite !

Mon véritable objectif était d’avoir la version papier de ce second livre entre les mains avant mon mariage. Il me reste un mois – jour pour jour – pour le réaliser. Ca sent bon ! Je le recevrai même certainement 2 semaines avant.

Même si une sorte de vacances d’écriture est sur le point de s’imposer. Mon esprit est déjà accaparé par un probable futur nouveau roman. On ne se refait pas.