Mes très chers lecteurs, je vous sollicite à propos d’une question (concernant l’écriture de mon nouveau roman) que je me pose depuis… 5 minutes : Le cross-over est-il une bonne idée ?

Avant de creuser plus loin, qu’est ce qu’un cross-over ? C’est le fait d’intégrer des éléments (des personnages, dans la grande majorité des cas) appartenant déjà à une autre histoire. Pour illustrer cela, c’est déjà ce que j’ai fait dans mes deux premiers livres où nous retrouvons un même personnage (et un chat :-)). Bon cet exemple est faussé car dans ce cas précis, ces deux ouvrages sont liés par un univers et un esprit communs: Ce personnage étant le fil conducteur de ces deux livres (bien qu’effacé dans le second), sa présence est logique, voire légitime. En tout cas, vous avez maintenant certainement compris le principe.

Le débat qui vient de démarrer dans ma tête et que je me plais à délocaliser ici est donc on ne peut plus simple : Un cross-over entre mes deux premiers ouvrages et mon prochain (nonchalamment provisoirement baptisé projet 3) vous semble-t’il : A) Amusant / B) Intéressant / C) Complètement nul à chier / D) Obi-Wan Kenobi ?

Pourquoi cette question ? Il y a peu de temps je vous écrivais le billet ‘Fin du premier cycle’, et en me relisant je reconnais que cette bafouille sent fortement le cocktail de sentiments mitigés: Une envie de redémarrer à zéro en repartant sur un nouvel univers et son lot de nouvelles têtes ; Mais également une nostalgie d’abandonner les acteurs imaginaires de mes histoires tout autant imaginaires. Je l’ai déjà confié en d’autres termes, ces éléments font partie intégrante de ma vie et il me sera difficile de les ignorer, même pour le bien de nouvelles productions. C’est un peu comme se priver de passer du temps avec quelqu’un qu’on apprécie pour diverses raisons plus ou moins valables.

Néanmoins, si cela se fait, ce sera avec parcimonie. Si je reprends un (ou plusieurs) personnage(s), je m’arrangerai pour qu’il ne prenne pas toute la place (en tout cas, je l’espère). Je n’aurai d’ailleurs pas d’autre choix que d’étouffer cette idée d’annors car dans l’univers du projet 3, les annors n’existent pas. Notez bien que cela restreint énormément le panel d’éléments dont je pourrais me servir à nouveau… A moins que je triche un peu et que certains aspects d’un potentiel personnage déjà apparu dans mes écrits soient totalement occultés pour les besoins de l’histoire. Après tout, l’écrivain à tous les droits quant à ses écrits. Et puis, fort heureusement, en ce qui concerne la fiction, l’ultra-cohérence de ses écrits n’est pas obligatoire : La cohérence s’associe parfaitement à la vie de tous les jours, les livres et les films ont pour objectif de nous en sortir. Oui, c’est l’intérêt de la fiction.

Le personnage directement concerné par ce débat est Shade (Nouvelles de la surface : Pour le meilleur et pour le pire). Un personnage qui a – à mes yeux – beaucoup de potentiel et surtout, le number one des personnages que j’ai aimé modelé lors de l’écriture de mon recueil de nouvelles. Pour ceux qui l’ont lu, vous comprenez qu’il ne sera en revanche pas aisé de l’adapter. Je devrai alors jouer de subtilité, c’est un risque à prendre et cela me plait. A côté de cela, nous avons la sacro-sainte boisson fictive qu’est le Worfit Cola : J’ai pour projet de la propulser au rang d’élément récurrent de chacun de mes écrits. Grisouille est également un bon candidat à ce petit jeu, sa discrétion naturelle le rend plus simple à intégrer. Je ne vais pas vous pondre un listing détaillé, mais bien d’autres éléments pourraient être repris. Cela serait d’ailleurs sympathique, mes très chers lecteurs, que vous me fassiez part de vos idées de pistes de cross-over qui vous plairaient bien. (Si bien entendu, vous êtes partisan d’un cross-over) Quel(s) personnage(s) aimeriez vous revoir ? (si possible, sans spoiler 😉 )