Hier, J’ai publié ici-même le premier chapitre de ‘Wavrin FM’ intitulé Poire laide. J’ai quelques infos à vous confier à ce sujet:

Tout d’abord, je suis ravi de démarrer enfin l’écriture d’un nouveau projet. Je viens d’ailleurs de changer son nom, il passe de ‘projet 3’ à ‘projet Wavrin FM’ (oui, logique). Cette longue pause écriture de 4 mois fut profitable et les idées ont germé. Tellement que -comme je m’y attendais- j’ai changé d’idée en cours de route. Le thème de base que je souhaitais aborder via ce 3ème ouvrage patientera encore un peu, je le garde sous le coude. J’ai eu un coup de cœur pour une autre idée entre-temps et je me suis laissé guider par cette impulsion/révélation/épiphanie (appelez cela comme vous le souhaitez :-)).

Venons-en au vif du sujet, parlons de Wavrin FM. Si je vous ai publié ce premier chapitre, c’est pour plusieurs raisons:

• J’ai envie de tester l’expérience de la publication en directe (ou presque) de ce roman en devenir. Je suis conscient que cela comporte quelques risques. Par exemple, il est possible que certains retours m’orientent sciemment ou inconsciemment vers des ajustements. Je ne l’ai pas encore essayé, qui vivra verra, comme dirait l’autre. De même, je ne me vois pas vous offrir mon premier chapitre à lire puis vous dire en suite “Eh bah non, vous n’aurez par les suivants ! Hi hi hi !”. La devise que j’utilise sur mes cartes de visite d’écrivain est “Partageons l’expérience…”, je trouve que ce procédé est un bon moyen de la mettre en exergue.

• La publication au fur et à mesure de ce roman est un marché que je vous propose. Je vous offre une histoire écrite avec cœur et un jeu d’énigmes (j’y reviens dans le point suivant), en échange, vous avez la possibilité de me donner un coup de main quant à la relecture. Je suis de nature plutôt bon en orthographe et grammaire mais ces qualités ont souvent tendance à se noyer lorsque je me laisse emporter par mon imagination. C’est ici que vous pourrez endosser votre cap de super-relecteur et voler à mon secours. Si vous remarquez une faute/erreur de syntaxe/incohérence, je serai très reconnaissant que vous la notifiez en commentaire du chapitre correspondant. (Je saurai trouver un moyen de vous remercier comme il se doit)

• J’aime les énigmes et je compte bien vous en proposer tout au long de l’avancement du projet. Je vous en ai déjà donné une avec Poire laide. Si vous avez lu ce chapitre, vous aurez remarqué que le titre n’a pas de rapport avec le texte… Tout du moins, pas un rapport flagrant. Il y en a pourtant un et il vous faudra vous creuser les méninges pour le trouver. J’instaure un jeu-concours au sein du projet: Chaque énigme élucidée donnera un point à celui qui la met à jour. J’offrirai au meilleur chasseur d’énigmes une semaine de vacances aux Seychelles. Oups, attendez, je suis écrivain donc je n’ai pas un rond… Bon, je vais revoir les gains à la baisse : J’offrirai au meilleur chasseur d’énigmes un exemplaire dédicacé de Wavrin FM (ou Saphyra, ou Nouvelles de la Surface, au choix), d’un certain point de vue c’est quand même un voyage, pas mal non ? 😀

• Toute l’intrigue se déroulera à Wavrin. Comme le gros de mon lectorat (je ne vise personne de gros en particulier hein, ne soyez pas susceptible, c’est une expression :-D) vit à Wavrin, c’est un moyen de nous faire plaisir en mettant en valeur notre ville. Pour les wavrinois, vous avez très certainement remarqué que la photo illustrant le premier chapitre montre le clocher de notre église. (Ca me fait bizarre de dire ‘notre’ église…) Tout au long de mes futures publications, chaque illustration sera issue de notre ‘paysage wavrinois’.

L’écriture de ce projet ne sera pas simple, d’autant plus que si j’utiliserai des éléments/lieux wavrinois, je serai très vigilant à préserver ses habitants: En effet, et j’insiste sur ce point, toute ressemblance entre personnages fictifs de Wavrin FM et véritables wavrinois serait le plus pur fruit du hasard.

J’ignore encore la cadence à laquelle je publierai les chapitres suivants, l’objectif n’est pas de vous noyer sous les pavés (César !) de texte. Cela doit rester fluide. Ce qui représente un beau challenge personnel : Je dois écrire dans l’objectif d’éviter au plus possible les passages sans âme.

Pour conclure ce billet, je vous invite à émettre vos commentaires tout au long de la publication du texte. Pour vos ressentis, et pourquoi pas vos théories sur ce que l’histoire ne vous aura pas encore livré. Il n’y a pas de commentaire stupide, tout est bon à prendre.

Par avance, merci beaucoup mes très chers lecteurs. 🙂