Quelques instants plus tard, au cimetière de Wavrin.

La Tige conférait le même effet à Réjane qu’aux gamins wavrinois. Cela, en dépit de sa récente soixantaine. Elle était intriguée par cet individu aussi singulier. D’autant plus qu’à ce moment précis, elle ne comprenait pas ce qu’il racontait. De quelle émission voulait-il parler ? Il semblait enjoué, son sourire contrastait avec la mine solennelle des visiteurs arpentant habituellement les allées de ce lieu de recueillement. La retraitée leva le menton et observa l’homme en noir dans les yeux. Elle tenta de déceler le moindre indice mais rien n’y faisait. Bien que peu réputé pour sa vivacité d’esprit, La Tige avait compris que son interlocutrice ignorait l’existence de l’émission dont il raffolait :

« C’est une émission de radio un peu particulière. Elle est diffusée ici et seulement ici, tous les mercredis, à cette heure-là. Je l’ai entendu un jour en passant à cet endroit, par hasard, et elle m’a plu. Je ne peux plus m’en passer, confia-t’il. »

Le visage de Réjane exprima une circonspection totale. Elle se demanda un instant si ce grand monsieur n’était pas fou. Une émission de radio émise depuis le sol du cimetière, quelle idée farfelue ! Elle était peinée de constater à quel point La Tige y croyait. Elle le scrutait, il patientait sagement, les deux mains jointes. Cette vision lui confirmait une fois de plus le statut d’original local de ce dernier. Elle ne savait toutefois pas quoi en penser : dans le fond, il semblait si heureux en vivant pleinement les offrandes de son imagination. Même si elle ne l’admettait pas, en son for intérieur, elle enviait un peu cette insouciance. Elle se surprit même à esquisser un léger sourire bienveillant.

Mais les lèvres de Réjane se pincèrent lorsqu’elle entendit un étrange bruit qu’elle devina provenir du sol devant elle. Elle quitta La Tige du regard pour mieux scanner visuellement cette terre sortie de son silence perpétuel. Rien, aucun signe à l’exception de ce vague bruit de friture qui dura une poignée de secondes. Un bruit ressemblant au son émis par un poste radio lorsque son utilisateur passait d’une station à une autre. La Tige chuchota :

« Génial, ça va commencer ! Vous allez voir, c’est rigolo. »

Réjane ne fit aucune objection, bien curieuse d’entendre cette fameuse émission de radio d’outre-tombe. Son esprit cartésien d’ancienne professeure de mathématiques investiguait déjà silencieusement sur les raisons d’une telle chose. C’est alors que le bruit de friture laissa place à une voix humaine, un tantinet étouffée et particulièrement grave. Il fallait tendre une oreille attentive pour distinguer les propos du curieux animateur radio :

« Bonjour à tous, je suis le mort anonyme et je suis ravi de vous retrouver dans notre bon vieux cimetière de Wavrin. Comme chaque semaine, je vais vous parler de notre chère bourgade et de ses habitants. J’ai l’œil partout et  je vous partagerai les dernières rumeurs : certaines sont exactes, d’autres totalement fantaisistes. Vous le savez maintenant, le mort anonyme est espiègle, il vous laissera le soin de faire le tri entre l’info et l’intox.

Démarrons aujourd’hui avec une histoire qui fait froid dans le dos. Il paraitrait qu’un jeune garçon se promènerait seul dans le parc de la Deûle la nuit. Il aurait l’apparence d’un enfant de 7 à 9 ans, la peau pâle, des vêtements de début XXème et serait muet. Plusieurs promeneurs tardifs ou très matinaux l’auraient aperçu. Certains auraient voulu l’aider, le croyant perdu, mais à chaque fois que quelqu’un s’approche de lui pour lui parler, il ouvre de grands yeux noirs puis disparait en courant dans les bois. Les rares témoins de cette étrange rencontre ont tous été frappés d’un mal de crâne foudroyant quelques minutes plus tard. La rumeur voudrait que ce jeune garçon soit l’apparition d’un enfant surnommé ‘Petit Eugène’. Il aurait vécu à Wavrin et serait  disparu en 1912, son corps n’aurait jamais été retrouvé. Nul n’a jamais pu apporter la moindre explication quant à cette mystérieuse disparition. L’affaire est restée sans suite. Comme je vous aime bien, j’enquêterai dessus cette semaine, je vous en dirai plus mercredi prochain.

Sans transition, une seconde rumeur issue d’un tout autre registre. Saviez-vous que nous avions un champion du monde parmi nos concitoyens ? Cela peut vous paraître loufoque mais c’est bel et bien le cas : l’un de nos voisins wavrinois est détenteur du record mondial de lancer de souris. Ah oui, j’ai oublié de préciser qu’il ne s’agissait pas de souris vivantes, cela serait trop sadique. Il ne s’agit pas non plus de souris mortes. Non il s’agit de souris d’ordinateur. Inutile de préciser que notre champion est un aficionado du jeu vidéo en ligne. Un ‘geek’  absolu ! J’ai eu l’occasion de le rencontrer et il m’a expliqué qu’il s’était forgé une solide expérience de lancer de souris grâce à de trop nombreuses défaites lors de ses sessions jeux sur internet. Il lui arrivait parfois de casser plusieurs souris la même semaine. Ses parents lui ont conseillé d’extérioriser ses frustrations dans quelque chose de plus sain, ils sous-entendaient bien entendu la pratique d’un sport. Leur fils a écouté leur conseil mais a eu quelques difficultés à trouver un sport dans lequel il était à l’aise, jusqu’à la découverte de cette pratique atypique. Je suis en revanche dans l’incapacité de vous fournir la distance de son lancer record et de toute façon, je suppose que comme moi, tout le monde s’en fout !

            Maintenant, un point sur les roms maintenant installés depuis une bonne dizaine de jours. Il faut reconnaître qu’outre la propreté douteuse des lieux en périphérie de leur campement, il n’y a que peu de choses à déplorer. Leur communauté cohabite avec les riverains wavrinois et aucun incident n’est à déplorer. N’en déplaise à certains de nos concitoyens qui – nous pourrions facilement le croire – préfèreraient qu’il y ait du grabuge. En effet, il semble qu’un groupe de wavrinois envisage la création d’une milice afin de rendre justice à sa manière. Ce projet n’en est qu’à ses prémices mais il est fort à parier qu’il se réalise rapidement. Hélas pour la tranquillité de notre commune car ce genre d’initiative a énormément de chances de dégénérer. Les ‘Justiciers Wavrinois’, car oui, c’est bien comme cela qu’ils se sont baptisés, ont déjà entamé le recrutement de membres via un forum dédié aux wavrinois sur internet. »

            L’émission animée en solo par cette mystérieuse voix caverneuse se poursuivait, évoquant d’autres rumeurs et théories plus ou moins fantaisistes mais toujours divertissantes, voire parfois inquiétantes. Inquiétante, comme l’idée de la milice des Justiciers Wavrinois qui déplaisait à Réjane. A ce sujet, elle partageait la réserve du mort anonyme.

            La voix finit par se taire et le bruit de friture résonna discrètement une seconde fois pour marquer la fin de l’émission. Puis l’emplacement sans tombe retrouva son calme habituel. Toujours enthousiaste, La Tige s’empressa de questionner Réjane :

            « Alors ? C’était bien hein ? Vous avez aimé ?

– Euh… Oui… C’était curieux… Intéressant, bafouilla la retraitée. Nous nous reverrons certainement la semaine prochaine. »

            Elle rendit le sourire à l’homme en noir et lui souhaita une bonne soirée. Par réflexe, elle balaya les alentours du regard avant de marcher vers la sortie du cimetière pour rentrer chez elle. »