Jeudi 29 décembre 2016, 15h40, place de la mairie.

Réjane promenait Bullard. Contrairement à sa maîtresse, le berger allemand n’était que peu affecté par la météo glaciale de ces derniers jours de 2016. Il remuait la queue, enthousiasmé par sa sortie. A l’initiative de la retraitée, le duo ralentit le pas alors qu’il longeait le parking faisant face à la mairie de Wavrin. Outre l’idée de faire prendre l’air à son chien, l’objectif d’une telle balade était de constater l’ampleur que prenait l’expérience Wavrin FM. Lors de l’émission de la veille, Nathan et elle – toujours sous couvert de leur pseudonyme respectif : Argent et Azur – avaient balancé une anecdote insolite à propos de la brouette en bois qui ornementait l’entrée du parking.

Sans faire mine de s’y intéresser, Réjane observa discrètement et à distance un couple de badauds : ce dernier s’était arrêté devant la fameuse brouette. Encouragé par celle qui devait certainement être son épouse, l’homme s’abaissa puis se pencha pour inspecter la partie basse de l’objet. Maintenant leur allure lente, Bullard et Réjane s’approchèrent des deux curieux. Ils passèrent à côté d’eux puis poursuivirent leur chemin. La retraitée n’eut nullement besoin de les interroger sur leurs intentions, elle savait pertinemment ce qui avait animé ce couple à venir inspecter cet élément de décoration. Elle s’amusa de la situation, elle chuchota à son chien :

« Tu vois Bullard ? Jusqu’à hier, personne ne s’intéressait à cette brouette. Je me demande même si la plupart des wavrinois l’avait remarquée. Comme quoi, il suffit de lui associer une histoire, pour lui apporter soudainement plus de valeur. Ce n’est pourtant qu’un vulgaire objet de bois transformé en gros pot de fleurs.

En tout cas, c’est rigolo de voir que ce que nous faisons avec Nathan provoque du mouvement. Ce couple est la preuve vivante que nous sommes écoutés. Je me demande combien sont venus vérifier notre anecdote avant ces deux-là. »

La retraitée stoppa sa marche un instant, elle se retourna en direction du couple : équipé de son smartphone en guise de lampe torche, l’homme venait d’identifier l’inscription gravée sur une des planches de la brouette. Celle qu’il cherchait depuis une bonne minute. Il l’énonça à sa partenaire d’une voix sonore, comme si elle se tenait à une vingtaine de mètres de lui : ‘Je suis désolé fiston ! En dessous il y a les initiales PM suivies de 1909’. De sa position, Réjane put elle-aussi l’entendre parfaitement. Elle tira doucement sur la laisse pour reprendre son chemin quand elle tomba nez à nez avec un grand monsieur tout de noir vêtu. Il s’agissait de La Tige. Il n’avait pas perdu son sourire quasi permanent. Il se ravit de la présence de la retraitée :

« Bonjour Réjane, ça va depuis la dernière fois au cimetière ? Je parie que vous êtes venue vérifier la mystérieuse inscription de la brouette, comme les autres, comme les deux personnes là-bas, c’est bien ça ?

– Euh, oui en effet, mentit Réjane. Vous aussi ?

– Oh, moi c’est déjà fait depuis hier. Dès l’émission terminée, j’ai accouru jusqu’ici, j’avais besoin de savoir, corrigea La Tige. Je retourne à la mairie, c’est la troisième fois aujourd’hui : un problème de papiers… vous voyez le genre, enquiquinant ! Bref, à chaque fois que je passe ici, il y a toujours quelqu’un qui s’intéresse à cette brouette. C’est génial, ça veut dire que Wavrin FM fonctionne bien ! Bon allez, j’y retourne. Je vous laisse tranquille. Content de vous avoir revu.

– C’est mutuel, à une prochaine ! Conclut la retraitée. »

Réjane reprit sa marche vers son domicile, Bullard à ses côtés. Elle songea à l’article de presse présentant Wavrin FM paru récemment. Au débat qu’elle avait eu avec Nathan : le jeune homme n’avait pas apprécié y trouver certains propos totalement imaginaires. Elle l’avait convaincu de ne pas se venger en dénigrant son auteur via leur émission de radio. Et puis, il l’avait lui-même dit au départ, l’émission devait être positive, constructrice, divertissante, mais jamais diffamatoire. Pour elle, cet article était une aubaine, une publicité gratuite tombée du ciel. Peu importe si son auteur se vantait d’avoir rencontré les deux animateurs de l’émission. Ce qui comptait, c’était qu’aujourd’hui, Wavrin FM jouissait déjà d’une certaine popularité. Si une anecdote insolite incitait plusieurs dizaines de wavrinois à sortir de chez eux pour la vérifier, alors c’était gagné !

Cette histoire de mystérieux message provenait une fois de plus de l’esprit particulièrement créatif de Nathan. L’adolescent avait expliqué à Réjane qu’il était question d’une petite expérience, de tester leur popularité en tant qu’animateurs d’une radio locale. Ce qu’elle ignorait en revanche, c’était que l’expérience était plus qu’un simple test, et surtout, elle ne faisait que commencer.